Alexander Malofeev, un contraste de rupture

Il y a de nombreuses années que j’ai plaisir de suivre Alexander Malofeev, depuis que je l’ai entendu au festival d’Annecy où il nous avait émerveillé par cette fluidité cristalline

Depuis, il a mûri et livre une interprétation que certains critiqueront peut-être et non sans fondement sans doute de l’appassionata faite de contrastes en ruptures sèches mais d’une très grande expressivité, nourrissant la volatilité des passions et ce qu’elles peuvent avoir de prégnantes. La fougue ne perd pourtant jamais la douceur, comme si l’émotion tour à tour se livrait, impétueuse, et se reprenait pudique, sans être contrainte.

Publicités